Print This Post Print This Post

Sul Muro in TV

– ” Un mur à Berlin ” réalisé par Patrick Rotman et diffusé le mardi 3 novembre 2009 à 20h35 sur France 2.
Le documentaire Un Mur à Berlin est sa dernière réalisation. Sur un commentaire dit par Florence Pernel, Un Mur à Berlin raconte l’histoire de Berlin et des deux Allemagnes de la chute du nazisme en 1945 à la chute du Mur en 1989. Partant de l’idée que le Mur a symbolisé la déchirure de l’Allemagne, de l’Europe et du monde entre deux systèmes, et le sismographe de la guerre froide, le récit déroule classiquement le fil chronologique, de la situation de Berlin en 1945 à la création des deux Allemagnes puis l’opération « Muraille de Chine » (la construction du Mur) et la visite de Kennedy, pour aborder ensuite le processus qui mena à la soirée du 9 novembre 1989, racontée en détail. Se mêlent habilement grande et petite Histoires, histoire de l’Allemagne (en insistant sur la RDA) et histoire de l’empire soviétique en Europe (au travers des révoltes en Europe de l’Est). Le spectateur professeur d’Histoire apprendra peu de choses qu’il ne sache déjà, mais par exemple le documentaire insiste utilement sur l’importance des mouvements de révolte contre le communisme en juin 1953 à Berlin-Est et dans 280 villes de RDA, qui aurait pu disparaître sans l’intervention des chars soviétiques : Patrick Rotman y voit la première fissure dans le bloc soviétique.
S’il n’est pas inédit, le récit est précis (mais parfois un peu rapide, par exemple sur les circonstances de la création des deux Allemagnes), clair et bien construit. Il est soutenu par des témoignages oraux de membres de la STASI (Hagen Koch qui traça à la peinture la frontière entre les deux blocs à Check Point Charlie, Harald Jäger qui ouvrit le premier point de passage le 9 novembre, Bernholmer Strasse), d’Allemands engagés dans les mouvements réclamant la démocratie (deux pasteurs, un de Berlin et un de Leipzig, un auteur-compositeur célèbre en RDA auprès de la jeunesse, des citoyens est-allemand qui ont manifesté ou se sont enfuis) ou victimes du mur à sa construction (un lycéen de Berlin-Est en visite à l’Ouest et coupé de sa famille en 1961), d’hommes politiques (Hans Dietrich Genscher, qui avait fui la RDA dans les années 1950 et qui était ministre des Affaires étrangères d’Helmut Kohl en 1989 ; Andrei Gratchev, conseiller politique de Gorbatchev en 1989).
Mais le documentaire vaut surtout par la grande richesse et la variété des archives (en noir et blanc et en couleur) en partie inédites, fruit des recherches menées par Marie-Hélène Barbéris auprès de 40 sources privées et publiques dans le monde entier (films de l’armée américaine tournés en 35 mm dans les années 1960, images russes en couleur de la RDA dans les années 1950, documents amateurs, films de la STASI, archives des chaînes de télévision allemandes pour l’automne 1989 et la soirée du 9 novembre). Il faut donc la féliciter, ainsi que le monteur Olivier Zuchuat, pour leur énorme travail. On citera par exemple les images de la révolte de juin 1953, un film américain sur le percement (financé par une chaîne de télévision) d’un tunnel vers Berlin-Est pour une sorte de « grande évasion », les films sur la vie quotidienne en RDA, les films de la STASI et les films d’évasion, particulièrement la spectaculaire ouverture du documentaire sur une évasion en ULM le 25 mai 1989, avec survol du mur à 4h du matin. Un seul petit reproche : si les couleurs sont d’origine (tant mieux !), certaines archives semblent avoir été sonorisées (bruits de défilés, de foules, de combats, d’ailes de colombes…).
Outre le documentaire lui-même (110 mn, divisé sur le dvd en 17 chapitres), le DVD offre plusieurs bonus : une interview de Patrick Rotman (intéressante pour les sources des archives), la présentation des personnages interviewés, une chronologie détaillée de l’histoire des Allemagnes dans la guerre froide de 1945 à 1989, une carte animée de Berlin (les lieux importants évoqués dans le documentaire) et une carte de la fuite des Allemands de l’Est pendant l’été 1989.
Ce documentaire de grande qualité (ne manquez pas sa diffusion télévisée) est particulièrement adapté, dans sa progression, aux programmes de 3e mais surtout de Terminale pour la guerre froide et les modèles, et des Terminales L et ES pour l’étude des démocraties populaires (l’exemple de la RDA). La richesse des films et entretiens proposés est telle qu’on pourra aisément s’en servir pour construire plusieurs cours, bien sûr dans le respect des législations en vigueur. On pourra quand même regretter que le documentaire s’arrête au 9 novembre 1989 : puisqu’il avait débordé son sujet (le Mur) pour évoquer plus largement le destin des deux Allemagnes dans la guerre froide, il aurait pu se poursuivre jusqu’à la réunification, ses suites et ses conséquences, à moins que ce ne soit le sujet du prochain documentaire de Patrick Rotman. Si ce n’est pas le cas, étant donnée la qualité d’Un Mur à Berlin, je me permets d’en faire la suggestion…
– ” 1989, l’Elysée au pied du mur ” réalisé par Patrick Barberis et diffusé le mercredi 4 novembre 2009 à 20h45 sur Arte.
Durant l’année 1989, la France fête le bicentenaire de la Révolution française. À l’Élysée, la chute du mur de Berlin est d’abord perçue comme un non-événement, qui amènera rapidement bien des tensions au sein du couple franco-allemand. Le film se propose de revenir sur le moment passionnant de la chute du Mur, tel qu’il fut vécu par l’équipe au pouvoir en France. Vingt ans plus tard, il retrace les années Mitterrand et Kohl, en proposant une analyse du rôle de la France, et en revenant sur la réaction toujours politique, et parfois sibylline, du président français durant cette crise qui a marqué l’apogée du mandat du chancelier allemand. —  Le 9 novembre 1989, le Mur de Berlin tombe. Quel rôle a joué François Mitterrand dans le processus qui devait aboutir à la réunification des deux Allemagnes ? A-t-il vraiment tenté d’inverser le cours des événements ou poursuivait-il un autre dessein pour l’Europe, dont il assurait alors la présidence ? Vingt ans après, à partir d’entretiens avec les principaux acteurs et en s’appuyant sur les images d’archives de l’époque, Patrick Barbéris revient sur les coulisses de cette histoire, ses enjeux, ses rebondissements, ses tractations et ses non-dits. Et si la réunification allemande avait représenté, pour le président français, une opportunité d’avancer vers l’Europe actuelle ?
—————-
VEDI E ASCOLTA: Berlin : J-7 de la chute du mur – France Inter – Avec Andreï Gratchev, ancien porte-parole du président de l’URSS Mikhäil Gorbatchev, Joëlle Timsit, ancienne ambassadrice de France près de la RDA (1986-1990) et Heinz Wismann, philosophe allemand, directeur d’études à l’Ehess répondent aux questions de Nicolas Demorand, Bernard Guetta et des auditeurs dans Interactiv’ sur France Inter (08h40 – 02 Novembre 2009).

Lascia un comento

 

 

 

Puoi usare questi tag

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>